Dans le cadre du salaire différé, le droit à rémunération du descendant est imposé par un texte d’ordre public qui fait échec au pouvoir de la volonté.

D’après la jurisprudence, l’ascendant débiteur ne peut donc pas priver le descendant de son droit au salaire différé, ni en réduire le montant. Par contre, dans votre testament, vous pouvez évoquer la remise d’argent réalisée au fils aîné. Le moment venu, il en sera tenu compte.

[summary id = "10050"]