La pulvérisation est dans le collimateur du grand public et de l’Administration. Entre les exigences sur la réduction des IFT et la mise en place des ZNT riverains, l’adaptation du pulvérisateur est indispensable.

De nombreuses solutions sont à la disposition des agriculteurs et des subventions sont disponibles. Les demandes d’aides aux investissements pour l’acquisition de certains matériels, permettant de réduire significativement la dérive ou la dose de produits phytosanitaires,­ peuvent désormais être déposées sur le site de téléprocédure ouvert par FranceAgriMer.

Ce dispositif s’adresse à tous les secteurs de production, sur l’ensemble du territoire national, y compris l’outre-mer. Il concerne toutes les exploitations agricoles ainsi que les coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma) et les groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE), lorsque ces structures sont exclusivement composées d’agriculteurs. Le taux de l’aide s’élève à 30 % ou 40 % du coût hors taxe des dépenses éligibles, en fonction des équipements envisagés. Le montant minimal des dépenses éligibles est fixé à 500 € et le montant maximum à 40 000 €. Le taux de base est majoré de 10 points pour les jeunes agriculteurs. Reste à vérifier que le matériel convoité figure dans la liste des solutions subventionnables.

Corinne Le Gall