La certitude d’être arrivé au bout d’un système. D’en faire toujours plus sans que la rémunération suive le même chemin. Il y a quatre ans, Sylvain Renault, installé à Oëlleville, dans les Vosges, fait ce double constat et décide de réorienter son exploitation. « Le troupeau était alors de 400 bovins lait et viande, explique l’agriculteur de 45 ans. J’étais dans des pratiques...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !