99 % des Français déclarent consommer, au moins occasionnellement des produits du terroir. C’est ce que révèle un sondage (1) réalisé par OpinionWay pour le compte du Concours général agricole (CGA). L’étude montre également que la consommation de produits du terroir est en progression puisque 56 % des répondants déclarent en consommer plus qu’en 2020.

Une pandémie bénéfique pour les produits français

La pandémie de Covid-19 a renforcé cette tendance puisque 7 Français sur 10 déclarent « acheter davantage de produits locaux depuis le début de la crise sanitaire ». Autre conséquence de la crise sanitaire, la consommation de produits du terroir semble devenir un enjeu « patriotique » puisque 91 % des répondants affirment « qu’il est important que la France renforce ses capacités à produire ses denrées alimentaires sur son sol ».

D’ailleurs 6 Français sur 10 jugent que le « made in France » est synonyme de tradition, de savoir-faire et de qualité. Et 92 % des répondants estiment « que les produits du terroir créent des emplois non délocalisables quand 95 % y voient un moyen efficace de soutenir l’économie locale et nationale ».

> À lire aussi : Souveraineté alimentaire, « la France doit devenir la première puissance agricole durable » (16/11/2021)

Des produits difficilement repérables

Toutefois, il semble y avoir un problème de disponibilité de ces produits puisque 71 % des sondés estiment que « les magasins où ils effectuent leurs achats ne proposent pas suffisamment de produits du terroir ».

Autre point à améliorer, la distinction des produits français dans les rayons. Six répondants sur dix considèrent qu’ils sont difficilement repérables. Pour les identifier, les sondés sont 64 % à privilégier les mentions écrites sur l’emballage et 46 % se réfèrent au label.

> À lire aussi : Étiquetage, « les aliments simples doivent quitter le Nutri-score » (06/12/2021)

Marie-Astrid Batut

(1) Étude réalisée du 9 au 10 novembre 2021 auprès d’un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.