« Cette vague de sécheresse est un événement météorologique d’ampleur nationale qui nécessite à l’échelon fédéral un plan d’indemnisation massif », a déclaré la ministre allemande de l’Agriculture, Julia Klöckner (CDU), lors d’une conférence de presse.

Les dommages pour l’agriculture allemande ont été évalués à 680 millions d’euros, et menacent de fermeture 10 000 exploitations allemandes, soit une ferme sur 25.

Les températures largement au-dessus de 30°C et les précipitations limitées de l’été constituent, selon le ministère allemand, « la phase d’anomalie de température la plus marquée » depuis le début des mesures météorologiques en Allemagne en 1881. Les températures extrêmes du mois de juillet et août ont été particulièrement ravageuses pour les pâturages et les champs de céréales.

Un programme d’une rare ampleur

Tournesols flétris, champs de céréales jaune vif et pousses brûlées : les agriculteurs allemands s’attendent, après quatre mois de sécheresse, à une baisse de 20 % de leur production annuelle.

La pénurie de céréales prive les agriculteurs de fourrages pour leurs bêtes et en fait, mécaniquement, grimper les prix. De nombreux producteurs laitiers se sont d’ores et déjà résolus à vendre leur bétail et le nombre de vaches et de génisses abattues a bondi de 10 % dans les deux premières semaines de juillet, selon l’Agence allemande pour l’agriculture et la nutrition.

Quatorze des seize Etats-Régions allemands se sont dits intéressés par ce programme fédéral, d’une rare ampleur dans un pays aussi décentralisé.

Lors de la sécheresse de 2003, une aide de 72 millions d’euros avait été versée aux agriculteurs par le gouvernement allemand.

AFP