Le feuilleton sur la présidence de l’Observatoire des prix et des marges se poursuit. Après avoir laissé entendre qu’il devrait être reconduit pour trois ans à la tête de l’institution, le 11 avril dernier, l’économiste Philippe Chalmin doit être déçu. Un arrêté publié au Journal officiel du 7 mai 2017 prévoit en effet la prorogation de son mandat jusqu’au 31 août 2017 seulement, laissant au futur gouvernement le soin de décider ou non de son maintien.

Or, à entendre l’entourage du nouveau président de la République, la préférence pourrait aller vers un autre universitaire, Olivier Mevel, souvent en désaccord avec la méthodologie employée jusque-là par l’Observatoire.

Maître de conférences à l’Université de Bretagne occidentale et consultant en marketing des filières alimentaires, ce dernier bénéficie en outre du soutien de nombreux acteurs de la production. Son objectif : « aboutir à une méthode consensuelle fondée sur une analyse contradictoire ». En d’autres termes, ne plus se contenter des seules données fournies par la Fédération du commerce et de l’industrie (FCD).

Alain Cardinaux