« Le ministère de la Transition écologique a publié un arrêté qui offre aux producteurs d’énergie renouvelable la possibilité de demander aux gestionnaires de réseau d’électricité (Enedis et RTE principalement) une offre de raccordement dite « alternative », qui serait moins onéreuse et plus rapide que l’offre de référence », indique-t-il dans un communiqué du 15 juillet 2021.

Toutefois, dans certains cas, les raccordements « alternatifs » ne garantiront pas la possibilité d’injecter à tout moment toute l’énergie produite : celle-ci « pourrait, de manière très ponctuelle, être écrêtée, dans des limites prévisibles et contractualisées entre le producteur et le gestionnaire de réseau », prévient le ministère.

Les producteurs sont libres de choisir

Ces offres de raccordement « constitueront une option nouvelle pour les producteurs qui seront libres de les retenir ou d’opter pour le raccordement de référence », précise le ministère.

Ce dernier estime que ces offres alternatives œuvreront à la simplification et à l’accélération du déploiement des énergies renouvelables, permettant « d’atteindre nos objectifs de politique énergétique », ajoute Barbara Pompili.

« Des expérimentations ont été menées par Enedis en lien avec des producteurs d’énergie renouvelable et ont montré un retour d’expérience positif, permettant des économies substantielles pour les producteurs et une accélération des raccordements », déclare le ministère.

« 750 MW de puissance supplémentaire »

Cette nouvelle mesure pourrait permettre de déployer « de l’ordre de 750 MW de puissance supplémentaire de manière anticipée d’ici à 2030 », selon le ministère de Barbara Pompili.

> À lire aussi : Photovoltaïque : changer ses panneaux dans les règles (01/07/2021)

Raphaëlle Borget