Grain club, le lobby allemand des céréaliers, a mandaté l’université de Kiel pour mesurer l’impact des stratégies « De la Ferme à la fourchette » et « Biodiversité » sur les productions européennes.

Ces stratégies, portées par la Commission européenne dans le cadre du pacte vert, prévoient, à l’horizon de 2030, une réduction de 50 % de l’utilisation d’engrais minéraux, de 20 % de pesticides, ainsi que 50 % de pertes d’azote. De plus, les pays européens sont appelés à préserver 10 % de surfaces à forte diversité et à consacrer 25 % des terres à l’agriculture biologique.

À lire aussi : Pacte vert, les eurodéputés valident la stratégie « De la ferme à la fourchette » (13/09/2021)

Chute des productions, hausse des prix

La modélisation réalisée par l’université de Kiel sur la base de ces hypothèses prévoit une baisse significative de la production européenne, soit une réduction de 20 % pour les céréales, les oléagineux et la viande bovine et de 6 % pour le lait.

Le cheptel serait aussi réduit (–45 % pour les bovins d’engraissement et de –13 % pour les vaches laitières et les jeunes bovins). Les superficies de grandes cultures reculeraient également (–2,6 % pour les céréales et –6 % pour les oléagineux).

Ces régressions s’accompagneraient d’une hausse des prix des produits agricoles dans l’Union européenne :

  • +58 % pour la viande bovine ;
  • +48 % pour les porcs ;
  • +36 % pour le lait ;
  • +10 % et +20 % pour les fruits et légumes, les oléagineux et les céréales.

Et si des effets positifs sur l’environnement sont reconnus, « il n’a pas encore l’effet positif recherché sur le climat mondial », tempère le professeur Christophe Henning, auteur de l’étude, cité dans un communiqué de Grain Club du 13 septembre 2021. En effet, les économies de gaz à effet de serre (GES) seraient neutralisées par l’augmentation des émissions de GES hors UE.

Ces résultats sont encore plus pessimistes que ceux dévoilés dans l’été par le centre de recherche de la Commission, et qui avait déjà suscité l’inquiétude chez les producteurs européens.

À lire aussi : Étude d’impact : Le pacte vert et la Pac feront chuter la production agricole

(30/08/2021)

Les organisations de producteurs veulent être concertées

« Une étude de plus qui confirme les graves conséquences que la stratégie phare de la Commission pourrait avoir sur la production alimentaire de l’UE, sur nos exploitations et sur la cohésion de nos zones rurales », s’alarme le Copa-Cogeca dans un communiqué. Le syndicat des producteurs et coopérateurs européens reproche à la Commission de ne pas avoir mené une analyse d’impact sur cette stratégie, alors même que les débats et votes ont commencé au Parlement.

La présidente du Copa, Christiane Lambert, dénonce un problème de « méthode » : « La Commission doit impérativement amorcer un réel dialogue avec la communauté agricole et travailler sur des solutions concrètes si nous voulons trouver des réponses communes aux questions fondamentales telles que les fuites de carbone, la souveraineté alimentaire et la répartition équitable de l’effort. »

> À lire aussi : Pacte vert européen : La stratégie « De la ferme à la fourchette » jugée « insoutenable » (08/09/2021)

Sophie Bergot