Le film « Au nom de la terre » d’Édouard Bergeon a non seulement libéré la parole autour du suicide en agriculture, il a également suscité une prise de conscience historique du côté des politiques. Alors qu’en décembre un premier débat initié par le sénateur Henri Cabanel (RDSE) se tenait sur le sujet au sénat, des travaux ont désormais lieu dans les deux chambres parlementaires...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !