Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Premier ministre s’attaque au suicide des agriculteurs

réservé aux abonnés

Fin d’un tabou - Le Premier ministre s’attaque au suicide des agriculteurs
La cellule d’identification et d’accompagnement pour les agriculteurs en difficulté, mis en place dans 75 départements par l’État, a reçu 2 100 signalements depuis septembre dernier, a indiqué le ministre de l’Agriculture. © Cédric Faimali/GFA

À la demande d’Édouard Philippe, le suicide en agriculture fera l’objet d’une mission parlementaire, a rapporté Didier Guillaume, le 12 décembre 2019, au Sénat.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 4 commentaires
Dominique

Je vous dire ce qu'il faut faire, amis si c'est sur le ton de la plaisanterie: l'Etat fixe pour tous les produits agricoles le prix minimum à payer aux agriculteurs et ensuite l'aval se débrouille. On bloque aussi les importations tant qu'on n'a pas consommé toute notre production. Et tant pis pour l'Europe s'ils râlent, après tout pour le glyphosate, le gouvernement est passé outre sans que ça le gêne du tout. Comme base des prix, on prend ceux qui étaient en vigueur juste avant l'instauration des aides compensatoires et on rajoute le taux d'érosion monétaire. Vous verrez, ça ira tout de suite beaucoup mieux tant du côté des suicides, que de la prosperité des exploitations et de leurs transmission; en plus, la MSA croulera sous les euros et l'Etat touchera des impôts sur le revenu!. Tout ça en compensant juste 30 ans d'inflation.

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
Dominique

Si les prix agricoles avaient suivi l'inflation ou le taux d'érosion monétaire, contrairement aux charges, on n'en serait pas là avec toues ces situations désespérées (le blé à 1400 francs la tonne (213 euros) au début des années 90, contre 150 grosso modo aujourd'hui! En gros il faudrait multiplier les 213 euros/tonne par 1,52 = 323 euos/tonne. On pourrait faire le même calcul pour le lait, la viande, etc.. On en est loin: bref les agriculteurs se sont fait avoir et on été un peu plus enfoncés par les politiques , européens et nationaux, avec leur volonté de mondialiser les prix agricoles (en maintenant les charges les plus chères du monde). On avait déjà perdu notre industrie et il en sera de même pour notre agriculture si rien n'est fait.

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
arcenciel44

1) La MSA ne peut effectivement pas être à la fois le mauvais et le bon Samaritain . 2) Ne pas trop compter sur les comptables car certaines fermes n'en ont pas . 3) Ne pas compter sur une improbable hausse des prix agricoles car elle viendrait avant tout donner du confort à ceux qui sans sorte bien et serait imperceptible par ceux qui sont dans l’ornière . Seule une aide spécifique ,financière et humaine peut aider.

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
PIERRE PRIEZ

L'année blanche à mon avis est la meilleure solution afin de donner de l'oxygène à la personne ainsi qu'à l'entreprise

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
En direct
Afficher toutes les actualités


Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Déguster et améliorer son vin 

39€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER