Alors que la réforme de l’assurance récolte vient d’être présentée en conseil des ministres ce 1er décembre 2021, la Coordination rurale a fait part de ses inquiétudes vis-à-vis de la hausse du coût financier pour les agriculteurs.

À voir aussi notre vidéo de Julien Denormandie sur Le Varenne de l’eau et l’assurance récolte (30/11/2021)

Incitation au recours à l’assurance

Le projet de réforme ne satisfait pas la Coordination rurale qui dénonce « un projet qui incite à recourir à l’assurance récolte par une augmentation de la prise en charge des primes d’assurance et une meilleure indemnisation par l’État en cas de risques exceptionnels ».

Le syndicat y voit là une « souscription qui devient quasiment obligatoire » et un « jackpot pour les assureurs. »

Augmentation des primes d’assurance

« Les assureurs Pacifica et Groupama ont d’ores et déjà annoncé augmenter les primes de 10 à 25 % en 2022 », souligne le syndicat dans un communiqué du 1er décembre 2021.

Interrogé sur le sujet de l’assurance récolte lors d’une conférence sur ses engagements sociétaux organisée le 1er décembre 2021, le Crédit Agricole a confirmé qu’il procéderait à « un rééquilibrage tarifaire pour conserver un peu de viabilité […] dans cette activité lourdement déficitaire depuis de nombreuses années ». Aucun chiffre n’a toutefois été avancé.

Le groupe bancaire a également montré son soutien au projet de loi sur l’assurance récolte, examiné par les ministres ce même jour. « Il devrait permettre de poursuivre cette activité dans de bonnes conditions d’équilibre économique, en conservant la capacité d’intervention de l’assureur que nous sommes, et celle de l’état. »

Raphaëlle Borget et Alessandra Gambarini