Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La FNSEA réunit « la ruralité » à Niort

réservé aux abonnés

Élection présidentielle - La FNSEA réunit « la ruralité » à Niort
L’ensemble des cosignataires du manifeste « Pour des ruralités vivantes » était réuni à Niort, au deuxième jour du congrès de la FNSEA. © R. Aries

À l’occasion de la deuxième journée de son soixante-quinzième congrès, la FNSEA est apparue très entourée. En vue de la présidentielle, le syndicat majoritaire affiche ses ambitions et sa cohésion avec les autres acteurs économiques de la ruralité.

La ruralité n’avancera pas sans voix à l’élection présidentielle de 2022. Et en ce début de campagne, les porte-parole se révèlent nombreux à vouloir l’incarner. Le 22 septembre 2021, c’est au tour de la FNSEA de sortir du bois, entourée d’autres organisations professionnelles, de réseaux associatifs, et d’association d’élus locaux, pour mieux se faire entendre et peser auprès des futurs candidats.

Rassembler pour peser dans la campagne présidentielle

À l’occasion de son soixante-quinzième congrès organisé à Niort, le syndicat majoritaire s’est ainsi voulu rassembleur, et fer de lance d’un mouvement économique des ruralités, sous la bannière du Groupe monde rural. Présente notamment au sein de ce collectif : la Fédération nationale des chasseurs, quatre jours après sa mobilisation nationale contre la stigmatisation des campagnes et de ses traditions.

À lire aussi : Des milliers de gilets orange pour défendre la ruralité (20/07/2021)

À la question, poursuivront-ils la route ensemble durant la campagne, la présidente de la FNSEA temporise : « Il y avait samedi dans la rue des chasseurs, des agriculteurs chasseurs, des agriculteurs en soutien… a commencé Christiane Lambert. On ne fera pas tout ensemble. Mais en tout cas aujourd’hui, ils sont là. Ce sont les acteurs économiques de la ruralité que nous avons réunis. Et la chasse, c’est aussi l’économie. »

Ceux qui veulent nous “cornériser” en auront pour leur frais.Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

« La FNSEA aime être entourée comme ça, a indiqué la présidente du syndicat plus tôt dans la soirée. Tous ceux qui veulent nous “cornériser” en auront pour leur frais. La FNSEA aime la ruralité vivante. Nous sommes le ciment, le ferment de tout ce qui se passe dans la ruralité. Nous allons nous montrer peut-être un peu plus ouverts dans le dialogue, échanger davantage, nous faire connaître davantage. Plus on nous fréquente, plus on nous aime. »

Entouré de ses vingt partenaires (1), le syndicat entend désormais « s’impliquer dans tous les lieux de discussion » sur la base des dix recommandations de son manifeste pour des ruralités vivantes, présentées lors du congrès.

« C’est un projet qui a été bâti en quelques mois. Nous allons continuer à le travailler avec nos partenaires pour en faire une vraie plateforme pour les présidentielles, a précisé Henri-Pierre Bès, représentant du groupe monde rural et deuxième vice-président de la FNSEA.

« Vous avez tendance à dire que la campagne est aux agriculteurs »

Sur ce dernier point, le sociologue Jean Viard, convié par la FNSEA, a contre toute attente montré toutes ses réticences. « Vous, vous avez tendance à dire que la campagne est aux agriculteurs. C’est vrai, mais c’est plus vrai. Vous avez 440 000 fermes, au milieu de 16 millions de maisons avec jardins. Ces fermes sont essentielles mais elles ne sont que 440 000, et les autres usages sont aussi légitimes. »

« Ça veut dire qu’il faut apprendre à négocier entre tous ces usages, poursuit-il. Il n’y en pas un plus légitime que les autres. Je sais que c’est compliqué, parce que vous avez le sentiment d’être les plus légitimes, parce que vous dites que vous étiez là les premiers… Mais on a un immense débat en cours. Regardez ce qui se passe sur la chasse. À un moment donné, on n’a pas pensé à arbitrer entre tous ces usages. Est-il légitime de chasser tous les jours ? Il va falloir qu’on négocie ces usages. »

« La ville a une certaine idée de ce qui est sain, avec une certaine exigence écologique aussi, elle a une vraie demande, de plus en plus forte, ajoute Jean Viard. Ce sont aussi des gens, ces citadins, qui ont compris avant les autres la nécessité de modifier le rapport à la nature. Donc forcément il va y avoir une pression sur l’agriculture. »

« Les écologistes de terrain, c’est nous »

« Vos propos décapent un peu, lui a rétorqué Christiane Lambert. C’est bien de s’entendre dire certaines choses par quelqu’un comme vous. Mais les écologistes de terrain, c’est nous. Ceux qui ont les mains dans la terre, c’est nous. Les écologistes de salon sont toujours très durs à convaincre. On l’a vu à la récente université d’été préparant la primaire des Verts… »

« Mais nous ne nous laisserons pas prendre cette responsabilité du maintien d’une ruralité vivante, assure la présidente de la FNSEA. Il y a les sédentaires de la terre, ce sont les agriculteurs. Alors on ne dit pas qu’on était là avant, mais c’est quand même vrai. On occupe 56 % du territoire, 30 % en plus avec la forêt. Et franchement, on a beaucoup de choses à dire : c’est l’agriculture qui verdira l’économie, c’est l’agriculture qui détient le plus de solutions par rapport au réchauffement climatique. Et ça personne ne nous l’enlèvera. »

Rosanne Aries
Les dix recommandations du groupe monde rural

1. Faciliter l’installation et la transmission d’entreprises en milieu rural pour atteindre 100 000 entreprises reprises ou nouvellement implantées dans des communes très peu denses d’ici à 2030 ;

2. Revitaliser le tissu industriel, agricole, commercial et artisanal des zones rurales françaises pour permettre d’ici à 2030 une augmentation annuelle de 5 % de leur résultat net et la création de 15 000 emplois directs ;

3. Consolider les groupements d’employeurs au niveau des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) afin de mettre à disposition de la main-d’œuvre qualifiée ;

4. Déployer, d’ici à 2030, un conseil économique dans chaque commune ou, à défaut, à l’échelle de l’EPCI, pour renforcer le lien entrepreneurs-territoires ;

5. Offrir des ouvertures de marchés et des opportunités économiques ;

6. D’ici à 2030, redonner du souffle au commerce local et faciliter l’installation d’un tiers-lieux par intercommunalité et maintenir 1 commerce multiservice dans chaque village de moins de 1 500 habitants ;

7. Faire des entreprises rurales des moteurs de la neutralité carbone nationale ;

8. Revitaliser 10 000 centres-bourgs d’ici à 2050 par des investissements durables ;

9. Développer des projets de territoire et des plans d’action locaux ;

10. Fédérer les habitants pour coconstruire : en impulsant des chartes d’engagements réciproques, en rédigeant un livret d’accueil communal, en accueillant, dans les entreprises, des personnes extérieures, en créant des partenariats avec la périphérie urbaine.

(1) Aux côtés de la FNSEA, les cosignataires du manifeste pour des ruralités vivantes : les chambres d’agriculture, la FNSafer, la FNFR (Familles rurales), la FNSA (Fédération nationale Accompagnement Stratégie), l’Unep (l’Union nationale des entreprises du paysage), l’Udes (Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire), la CNMCCA (Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricoles), la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), l’Adepale (Association des entreprises des produits alimentaires élaborés), Sol et Civilisation, la Confédération nationale des buralistes, l’ASLN (l’Alliance des sports et loisirs de nature), Fransylva (fédération des syndicats de forestiers privés), SIMV (Syndicat de l’industrie du médicament et des réactifs vétérinaires), Axema, UIPP (Union des industries de la protection des plantes), UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), la Fédération nationale des chasseurs et l’UNAPL (Union nationale des professions libérales), la FNAR (Fédération nationale des artisans et petites entreprises en milieu rural).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !