À partir du printemps 2021, 2 000 à 3000 agriculteurs pourraient être payés par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse pour cultiver l’environnement.

Recruter des volontaires

Suite à un appel à initiatives, lancé en novembre dernier, l’Agence de l’eau indique avoir sélectionné 21 projets portés par des collectivités visant à expérimenter le versement de paiements pour services environnementaux (PSE) à des agriculteurs, en échange d’actions favorables à l’environnement. Une enveloppe de 30 millions d’euros est consacrée au dispositif.

Un quart des projets retenus vise la reconquête de la qualité de l’eau, un autre quart la biodiversité, et la moitié mènent les deux combats de front. Toutes les filières agricoles sont concernées, précise l’Agence, qui estime que chaque projet « devrait concerner entre 50 à 150 agriculteurs soit 2 000 à 3000 exploitants au total ». Charge désormais aux collectivités de mobiliser les agriculteurs volontaires, d’ici fin mars 2021.

Structures paysagères et pratiques agronomiques

L’agence de l’eau financera jusqu’à 70 % l’animation territoriale (pour 1,6 million d’euros) et 100 % des paiements aux agriculteurs pour les services environnementaux qu’ils rendent. « Dès avril 2021, lorsque les agriculteurs passeront en phase opérationnelle, ils pourraient ainsi bénéficier de 30 millions d’euros au global sur une période de 5 ans », indique l’Agence.

Les rémunérations, calculées à l’échelle de l’exploitation agricole, pourront servir à créer et entretenir des structures paysagères (haies, bandes enherbées, ripisylves, zones humides, mares), et seront dans ce cas plafonnées à 450 €/ha. Elles pourront autrement servir à développer des pratiques agronomiques limitant l’utilisation d’engrais minéraux ou de phytos, avec un plafonnement à 600 €/ha.

B. Lafeuille