Le 30 septembre dernier, L214 avait déjà mis la pression sur les députés en diffusant une vidéo réalisée dans un élevage de lapins. L’association proposait aux spectateurs un formulaire pour interpeller leur député « en quelques clics » sur l’élevage en cages. L’association antispéciste revient à la charge ce 8 octobre 2020 alors que les députés devaient commencer à débattre à l’Assemblée nationale de la proposition de loi déposée par le groupe EDS (1) de Cédric Villani et Matthieu Orphelin.

> À lire aussi : « Le gouvernement a trop tergiversé sur le bien-être animal » (29/09/2020)

« L’élevage intensif » dans le viseur

« Ce jeudi 8 octobre, L214 révèle de nouvelles images dans un élevage de cochons situé en Auvergne, argumente l’association anti-élevage. Cette enquête vise à attirer l’attention des députés sur la réalité de l’élevage intensif. » Ces images auraient été tournées en juillet 2020 dans « un élevage intensif situé à Barrais-Bussolles dans l’Allier. L’élevage a récemment obtenu l’autorisation de la préfecture d’engraisser 6 000 cochons en simultané. »

Si le propriétaire de l’exploitation n’est pas nommé, L214 cite le groupement de producteurs dont il serait le président. « Les images montrent des porcelets malades, des cochons qui se mutilent les uns les autres du fait de la forte promiscuité », argumente L214. Comme à son habitude, la caméra a fait un détour par l’armoire à pharmacie de l’exploitation et par son bac à équarrissage. L’association annonce qu’elle porte plainte Cusset pour mauvais traitement.

Éric Roussel

(1) Écologie démocratie solidarité