« Nous sommes convaincus qu’élevage et préservation du climat sont compatibles. [C’est pourquoi] notre plan climat ne visera pas une réduction de notre empreinte [carbone] par la diminution des productions animales », a déclaré Agrial lors d’une conférence de presse organisée le 5 juillet 2022.

La coopérative y présentait les lignes directrices de son plan climat fraîchement officialisé, et certifié par l’organisation internationale Science Based Target Initiative (SBTi) (1).

Développer l’agroécologie

Pour l’amont avec la production de matières premières, responsable de 85,5 % de ses émissions de gaz à effets de serre, Agrial vise la réduction d’un tiers de son empreinte carbone. Elle compte sur la réduction des émissions et sur la hausse de la séquestration de carbone dans les sols.

À lire aussi : Dossier — Carbone en agriculture, les initiatives fleurissent en Europe et dans le monde (14/06/2022)

L’accélération de la transition vers l’agroécologie, en soutenant « le déploiement de pratiques agricoles à impact positif pour la planète […] tout en revendiquant une agriculture productive et valorisante » sera au cœur de sa stratégie, a-t-elle indiqué.

La coopérative a également mis en avant l’exemple d’une première gamme de nutrition animale dont l’empreinte carbone a été réduite de 5 %, sans impact sur la qualité nutritionnelle.

« Progressivement, [avec les progrès de la science], on met en place de nouvelles offres pour nos adhérents, pour les accompagner et réduire pas à pas notre empreinte », a déclaré Mickaël Lamy, agriculteur et président de la commission du développement durable de la coopérative, qui est intervenu lors de la conférence.

Les maillons intermédiaires également concernés

Les maillons intermédiaires, responsables des autres 14,5 % d’émissions de la coopérative, verront quant à eux leurs émissions réduites de 50 %, via l’utilisation d’énergie, les transports et les emballages et déchets.

Un budget sera alloué à ce plan climat et son objectif de réduction de 35 % de l’empreinte carbone de la coopérative, mais son montant n’a pas été dévoilé.

Raphaëlle Borget

(1) « Le SBTi est une organisation internationale qui offre un cadre indépendant aux entreprises et valide leurs objectifs en ligne avec les dernières avancées de la science sur le climat. » Elle est le fruit d’une collaboration entre plusieurs organisations, dont l’Organisation des Nations unies (ONU) et l’ONG WWF, explique Agrial.