Les choses sont dorénavant clarifiées, pour les éleveurs produisant du lait à destination de l’AOP Comté. Jusqu’alors, la mention « la traite en libre-service n’est pas possible », figurant dans le cahier des charges nourrissait une ambiguïté sur la possibilité d’utilisation du robot de traite. Cela est aujourd’hui révolu. « La mention ʺ̎le robot de traite est interditʺ̎ est désormais intégrée dans le cahier des charges du Comté réactualisé », indique le CIGC, dans un communiqué paru ce mercredi 6 juin 2018.

« Savoir-faire traditionnel »

Pour Claude Vermot-Desroches, président du CIGC, « c’est l’ensemble de la filière qui doit se féliciter de cette décision. Elle vient de reconnaître formellement un savoir-faire traditionnel spécifique, dont nos éleveurs sont fiers ».

Le Comité interprofessionnel de gestion du comté estime en effet qu’il s’agit, lors de la traite, de « conserver la flore du lait cru » en vue de la fabrication du Comté. « Dans cette perspective, l’éleveur est seul capable de déterminer au cas par cas la méthode de nettoyage des trayons pour garantir un lait permettant d’exprimer tout son potentiel, source de typicité du fromage. »

V. Gu.