« Mars 2020 marquera les esprits pendant longtemps, nous avons vu chavirer notre bateau, touché de plein fouet par la bombe du Covid. » C’est en ces termes que Bertrand Achte, président du Gappi, a démarré l’assemblée générale du groupement des producteurs livrant à McCain, qui s’est déroulée le 2 février 2021, en visioconférence.

Avec le premier confinement et la fermeture des restaurants et cantines, McCain a vu ses ventes de frites surgelées s’effondrer du jour au lendemain. Dans la foulée, le cours des pommes de terre industrielles sur le marché libre est passé de 130 €/t à 20 €/t en une semaine. Les plantations n’avaient pas démarré, les producteurs ont accepté de les réduire de près de 900 ha pour la récolte de 2020.

« Nous devons saluer le fait que McCain a respecté ses engagements pour toutes les pommes de terre sous contrat et a pris à sa charge le dégagement des surplus vers l’alimentation animale », reconnaît le président du groupement. « Cette décision nous a coûté plusieurs dizaines de millions d’euros », précise Erwin Pardon, président de McCain Europe continentale.

Très peu d’agriculteurs seront indemnisés

« Pour indemniser les pommes de terre hors contrat, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a validé en juin 2020 une enveloppe de 10 millions d’euros, qui a été ramenée en juillet, par son successeur à 4 M€ », rappelle Bertrand Achte.

« Il a fallu attendre à la fin de décembre pour que l’État nous communique la procédure individuelle pour être indemnisé à hauteur de 50 €/t. Malheureusement, les conditions pour en bénéficier sont telles que nous serons très peu à y parvenir », détaille le président du Gappi qui, sur ce dossier, ne mâche pas ses mots : « McCain a été trahi par les pouvoirs publics. »

> À lire aussi : Covid 19 : Le dispositif d’aides pour les pommes de terre industrielles est opérationnel (08/01/2021)

Des prix en baisse de –5,60 €/t en moyenne

Pour la récolte de 2021, McCain propose un retour à la normale pour les surfaces sous contrat, à 16 620 ha mais avec un tonnage à 35 t/ha au lieu de 40 t/ha pour certaines variétés et surtout une baisse des prix, en moyenne de –5,60 €/t. « Pour une variété comme Fontane, la diminution atteint même –8,5 €/t », regrette Bertrand Achte.

« Nous prévoyons une réouverture des restaurants en Europe à partir du mois de mai, et un retour à vie normale avec l’été, en étant raisonnablement optimiste, ajoute Erwin Pardon. Mais si ce n’est pas le cas, nous devons rester prudents. »

Blandine Cailliez