La Bourse de Francfort a réagi par une hausse du titre Bayer de 5,10 % le jeudi 4 février 2021 dans l’après-midi. Le géant allemand de la chimie a « conclu un accord formel avec les avocats des plaignants pour gérer et résoudre les futures plaintes contre le Roundup » aux États-Unis, a-t-il annoncé dans un communiqué le mercredi 3 février 2021.

Jusqu’à deux milliards de dollars contre les futures poursuites

Cet accord, qui doit encore être validé par la justice américaine, prévoit que Bayer provisionne « jusqu’à deux milliards de dollars » contre de futures poursuites dans ce dossier. La somme avait été communiquée en novembre et « a déjà été mise de côté » par l’entreprise, assure Bayer.

Depuis le rachat de l’agrochimiste américain Monsanto en juin 2018, le groupe allemand doit affronter une salve de procédures contre le Roundup aux États-Unis. Ce pesticide, à base de glyphosate, est classé « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer, Circ, une émanation de l’Organisation mondiale de la santé, OMS. Bayer dément cette caractérisation.

Le groupe a conclu en juin dernier un accord de plus de dix milliards de dollars pour mettre fin aux quelque 125 000 plaintes dans ce dossier aux États-Unis. Mais il a été rejeté partiellement par la justice, réservée sur la partie de l’accord concernant les poursuites futures.

Des procédures lancées en Allemagne

Si ce nouvel accord est accepté par les juges californiens en charge du dossier, Bayer pourra mettre fin à ses mésaventures juridiques sur le glyphosate aux États-Unis. Mais le groupe fait désormais face à des procédures dans son pays d’origine, l’Allemagne.

Des actionnaires allemands ont récemment saisi la justice contre Bayer, lui reprochant de ne pas les avoir informés sur les risques juridiques et économiques liés au scandale du glyphosate, à l’époque du rachat de Monsanto. Ils demandent réparation pour la chute du titre en Bourse, qui a perdu la moitié de sa valeur depuis 2018 en raison de ces affaires.

AFP