Le ministère de l’Agriculture vient de publier le bilan de mise en œuvre du dispositif de certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP) pour 2020. Par rapport aux obligations de 2020, le taux de couverture (1) se situe désormais à près de 39 % pour l’ensemble des obligés, au lieu de 25 % en 2019. Pour les seules entreprises déclarantes en 2020, il atteint 44 %. 120 d’entre elles ont atteint ou dépassé leurs obligations.

602 entreprises déclarantes

Parmi les 602 entreprises déclarantes en 2020 :

  • 164 ont déclaré pour la première fois des actions standardisées ;
  • 194 entreprises ont déclaré des actions sur les quatre campagnes ;
  • 396 entreprises n’ont jamais déclaré d’action depuis le début du dispositif.

La majorité des entreprises ayant le plus d’obligations à atteindre en 2021 ont d’ores et déjà pris part au dispositif. 20 % des entreprises ayant obtenu des CEPP en 2020 ont réussi à atteindre leurs obligations de 2020.

« Mais cette réussite dépend du classement des entreprises. Parmi les 50 plus importantes en termes d’obligations, seules 9 % d’entre elles ont atteint leurs obligations. Parmi les plus petites, 23 % ont réussi », calcule le ministère

17 nouvelles actions

Le dispositif s’est enrichi progressivement de nouvelles actions standardisées et de nouvelles références commerciales. Ainsi, on apprend dans ce bilan qu’en 2020, 17 nouvelles actions standardisées ont été publiées avec 397 nouvelles références commerciales. « Parmi ces 17 nouvelles actions, 11 ont été mobilisées et ont permis de délivrer 194 273 CEPP », complète le ministère.

Compte tenu des ajouts successifs, le dispositif des CEPP comportait, à la fin de 2020, 82 actions standardisées et 1 403 références commerciales.Ministère de l’Agriculture

Les leviers concernent la mise en œuvre de nouvelles pratiques agronomiques (association de cultures par exemple), l’utilisation de variétés résistantes ou tolérantes aux maladies, l’abonnement à des outils d’aide à la décision (OAD), le recours à des méthodes alternatives (produits de biocontrôle par exemple) et des actions permettant de réduire les quantités utilisées (équipements performants ou adjuvants par exemple).

> À lire aussi : Les négoces déplorent un manque de fiches CEPP en grandes cultures (10/03/2021)

« Sur les 82 actions standardisées disponibles pour la campagne de 2020, 71 ont été sollicitées et ont permis d’obtenir 3,8 millions de CEPP », conclut le ministère dans son rapport.

Céline Fricotté

(1) Ratio entre le nombre de certificats obtenus pour la campagne et le nombre d’obligations.