Annulée les deux dernières années, la Bourse maritime agricole a fait le plein, le 17 juin 2022 à La Rochelle, avec 350 participants — un record — représentant les filières import-export des céréales, engrais et alimentation animale. La campagne céréalière 2021-2022 se solde par 4,2 millions de tonnes (Mt) exportées depuis La Rochelle, 2,4 Mt par la Sica Atlantique, 1,8 Mt par Soufflet Négoce. Les céréales exportées proviennent d’un hinterland qui couvre Poitou-Charentes, le sud des Pays de la Loire et une partie de la région Centre

Le premier semestre 2022 a été bousculé par la guerre en Ukraine et la flambée des cours. Les clients traditionnels qui, ces dernières années, allaient s’approvisionner en mer Noire, sont revenus à La Rochelle : Algérie, Egypte, Afrique de l’Ouest, Yémen…

Pour la nouvelle campagne qui débute avec les moissons, les perspectives sont moins sombres qu’annoncé pour les céréales françaises. Avec cependant des craintes quant à la capacité des marchés mondiaux à répondre aux demandes. Ce contexte « remet enfin l’alimentation au cœur des problématiques », a souligné Vincent Poudevigne, directeur général de la Sica Atlantique.

Moins de tourteaux

Freinées en 2021 par des taux de fret élevées, les importations de tourteaux de tournesol destinés à l’alimentation animale se sont totalement arrêtées avec la guerre en Ukraine, premier producteur mondial.

Les importations de soja se sont elles aussi réduites. Le principal client du port rochelais, Solteam, vise désormais le « soja durable », provenant de zones non déforestées, tracé et labellisé. Le premier bateau est attendu fin juillet.

Quant aux engrais, malgré des cours multipliés par quatre, leurs importations, majoritairement de l’azote sous forme d’urée, sont passées l’an dernier de 250 000 tonnes à 470 000 tonnes et pourrait même atteindre 600 000 tonnes cette année.

La Sica a investi six millions d’euros dans une ensacheuse automatique qui génère 3 000 big bags par jour. Elle permet d’anticiper la saisonnalité des commandes des agriculteurs.

Myriam Guillemaud