« Pour 2019, 96,1 % des 96 302 échantillons analysés étaient inférieurs à la limite maximale de résidus (LMR) », indique l’Efsa (1) dans son rapport annuel sur les résidus de pesticides présents dans les aliments au sein de l’Union européenne, publié le 7 avril 2021. Après prise en compte des incertitudes de mesure, 2,3 % des échantillons ont été déclarés non-conformes.

Parmi les 96 302 échantillons analysés, 24 347 provenaient de pays tiers. Ceux-ci présentaient un taux de dépassement des LMR plus élevé que les denrées alimentaires produites dans l’Union européenne (7,8 % dans les pays tiers contre 2,7 % dans l’UE) et un niveau de non-conformité plus élevé également (5,6 %, contre 1,3 %).

« En 2019, le taux de dépassement des LMR était de 1,3 % pour les aliments biologiques, contre 4,1 % pour les aliments conventionnels », précise également l’Efsa.

Évaluation du risque alimentaire

Ces résultats, proches de ceux de 2018, ont servi de base à l’évaluation des risques alimentaires. L’Efsa a conclu que celle-ci « suggère que les produits alimentaires analysés en 2019 ne sont pas susceptibles de constituer un problème pour la santé des consommateurs. »

Ce rapport est basé sur les données des activités de contrôle nationales officielles menées par les États membres de l’UE, l’Islande et la Norvège. L’Efsa rappelle que ces programmes ne sont pas conçus pour fournir des résultats statistiquement représentatifs des résidus de pesticides attendus dans les aliments mis sur le marché européen. L’accent est mis sur les produits susceptibles de contenir de tels résidus ou pour lesquels des infractions aux LMR ont été identifiées dans les programmes de surveillance précédents.

Hélène Parisot

(1) Autorité européenne de sécurité des aliments.