« C’est un scandale. Cette décision met nombreux d’entre nous dans une situation terrible : c’est une honte de laisser les agriculteurs sans marché. Certains de mes collègues font cinq, six marchés par semaine, et uniquement dans des grandes villes comme Tours, Blois, Amboise. Tous ces marchés ont été fermés », déplore Paul-Emmanuel Boulai, éleveur de porcs sur la ferme familiale dans...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !