« Il est de notre responsabilité (...) de dire le plus en amont possible notre décision, qui est de reporter à l’année suivante le Salon de l’agriculture, tout en maintenant à Paris et dans différentes villes des événements dont les agriculteurs ont besoin » pendant cette semaine-là, a déclaré Jean-Luc Poulain, le président du Centre national des concours et expositions agricoles (Ceneca), propriétaire du salon.

Le Salon de l’agriculture, le plus gros salon en France, s’était tenu in extremis au début de 2020 juste avant le début du confinement lié à l’épidémie de Covid-19. Il avait accueilli 540 000 visiteurs contre 650 000 les années précédentes.

Les concours animaux sont reportés

Le concours général, qui juge chaque année environ 12 000 produits agricoles et alimentaires français, des miels aux vins, dont les finales se tiennent pendant la durée du salon, sera « maintenu » avec l’accord du ministère de l’Agriculture, et pourrait se tenir « dans différentes villes de province ». Les concours animaux sont, quant à eux, reportés à 2022.

Les organisateurs doivent aussi expertiser la faisabilité des concours destinés aux jeunes agriculteurs et ceux portant sur les pratiques agroécologiques, ont précisé ceux-ci dans un communiqué diffusé dans la soirée. « Il devrait y avoir une mise en place de points de vente de produits agricoles à Paris, vraisemblablement dans des marchés fermiers de plein air » cette semaine-là, a indiqué Jean-Luc Poulain.

« L’agriculture a besoin de clarté »

Par ailleurs se tiendront également à Paris un ou plusieurs débats de portée nationale sur l’évolution de l’agriculture et de l’alimentation, vraisemblablement autour du thème de la souveraineté alimentaire, a-t-il ajouté. Car « l’agriculture a besoin d’un peu de clarté ».

La décision, qui juridiquement est un report à 2022, a été prise mardi par le Ceneca, propriétaire du salon, et Comexposium, son organisateur, à la suite d’une réunion dans la matinée des sept membres du Conseil de l’agriculture : Crédit Agricole, Groupama, MSA, FNSEA, Jeunes Agriculteurs, Coopératives de France et les Chambres d’agriculture.