La dérogation permettant l’usage, en 2022, de semences de betteraves traitées avec des néonicotinoïdes est légale. Le Conseil d’État estime que le risque d’une infestation de pucerons porteurs de maladie est réel et sérieux et qu’il n’existe pas de solution alternative efficace.

(Conseil d’État, ordonnance du 25 février 2022.)

[summary id = "10050"]