Alors que la dynamique d’achat pour les produits carnés tendait à s’essouffler en 2019, la crise de Covid-19 a redonné un coup d’élan aux ventes. Le report important vers la consommation à domicile et le grand retour du « fait maison » ont poussé les Français à en acheter davantage. En 2020, 94,3 % des citoyens suivis par le panel Kantar ont consommé des produits carnés (contre 92,9 % en 2019) à raison de 6,3 fois par semaine (contre 5,5 fois en 2019). Les restrictions sanitaires ont conduit les ménages à réduire le nombre de visites en magasin mais à constituer de plus gros paniers. Ainsi, sur le total des produits carnés, le niveau d’achat des ménages et le budget moyen par acte d’achat ont été historiquement élevés. En viande de boucherie, le bœuf (+ 300 g achetés par an et par foyer) et le porc (+ 450 g) sortent grands gagnants. En élaborés, la viande hachée et les saucisses décrochent les meilleures performances. En volaille hors élaborés, le poulet (+ 1 kg) a recruté le plus de clientèle (429 000 ménages supplémentaires par rapport à 2019). Enfin, le jambon et la charcuterie ont été davantage consommés au petit-déjeuner, en apéritif et en entrée. Ceci a contribué à une hausse globale par acte d’achat, surtout à travers le rayon libre-service (+ 1,62 kg/2019).

Cette dynamique observée en 2020, qui a dopé les achats de certains produits carnés et de la charcuterie, n’a toutefois pas compensé intégralement la baisse de la consommation hors domicile.