Alors qu’un agriculteur sur deux doit prendre sa retraite dans les 10 ans à venir, La Coopération Agricole a décidé de lancer « des débats citoyens » sur l’alimentation et l’agriculture auprès de jeunes agriculteurs et citoyens. 

Estimant que les attentes de cette nouvelle génération ne sont plus celles « d’il y a 30 ou 40 ans  », Dominique Chargé, son président, justifie l’initiative par la quête de la souveraineté alimentaire. Un dialogue qui pourra nourrir les débats de la prochaine loi d’orientation et d’avenir agricole et l’adaptation des coopératives à ce nouveau public, selon lui.

150 personnes réunies

Cinq rencontres en soirée de 19h à 21h sont prévues dans cinq villes :

  • Rennes (26 janvier),
  • Saint-Etienne (1er février),
  • Laon (6 février),
  • Narbonne (8 mars),
  • Limoges (16 mars).

Elles réuniront 150 personnes réunies dans trois collèges différents :

  • 50 jeunes agriculteurs et travailleurs de l’industrie agroalimentaire de 15-25 ans,
  • 50 jeunes non impliquées dans la chaîne alimentaire,
  • 50 citoyens de tout âge.

Elles se dérouleront dans des établissements proches de l'agriculture (l'Institut agro à Rennes par exemple), des centres commerciaux ou d'autres lieux spécifiquement réservés pour l'occasion. Ces rencontres sont organisées avec l’agence Grand Public, spécialisée dans le débat public.

Le dialogue sera lancé à partir d’une présentation d’une enquête commandée par La Coopération Agricole auprès de 100 jeunes cet hiver sur le bien manger, leur perception de l’agriculture, ce qu’il faudrait changer pour mieux manger et sur ce qu’ils auraient à dire aux acteurs de l’alimentation.

« C’est d’important d’entendre leurs attentes et leurs perceptions, a commenté Dominique Chargé. Nous en tirerons une synthèse et nous permettrons de nous donner une trajectoire d’adaptation de nos outils pour répondre aux enjeux de demain. »

Après ces rencontres, d’autres débats seront organisés au printemps de cette année par des coopératives. La restitution de ces débats citoyens est attendue pour le mois de juin. Les propositions qui en sortiront doivent être travaillées au sein du réseau de La Coopération Agricole au deuxième semestre de 2023.