Les éleveurs ont de l’or brun dans leurs fumières et leurs fosses à lisier. Alors qu’hier encore, la gestion des effluents était un vrai casse-tête logistique et réglementaire, lisier et fumier sont aujourd’hui une solution bienvenue face à la pénurie et à la flambée du prix des engrais de synthèse.

Du côté des céréaliers, la bataille est désormais rude pour se positionner sur des échanges paille-fumier avec des éleveurs locaux. Mais disposer du précieux fertilisant ne suffit pas : encore faut-il l’épandre avec précision et régularité pour que la culture ou la prairie puisse en tirer le meilleur parti. Parallèlement, les contraintes réglementaires pèsent toujours plus et l’interdiction prochaine des buses palettes sur les tonnes à lisier oblige les éleveurs à chercher des alternatives, forcément plus chères et plus gourmandes en puissance.

Enfin, le développement de la méthanisation et donc l’arrivée de gros volumes de digestats obligent à repenser la logistique des chantiers. Tous ces facteurs entraînent des modifications et évolutions sur les tonnes à lisier et épandeurs à fumier.

Des solutions fiables et efficaces existent pour tous les effluents ainsi que tous les budgets. Faites votre choix !

Par Pierre Peeters et Corinne Le Gall

© Cédric Faimali/GFA