Le groupe Afyren Neoxy, dont le siège est à Lyon, a inauguré le 29 septembre 2022 une usine à Saint-Avold, tout au nord de la Moselle. Il y développe un process innovant qui valorise les sous-produits issus de la fabrication de sucre à partir de betteraves. Seront ainsi valorisés mélasses et pulpes en provenance des sites industriels de Champagne-Ardennes.

« Nous allons produire ici sept acides organiques purs, classiquement obtenus par le raffinage du pétrole, explique Jérémy Pessiot, cofondateur et directeur de l’innovation du groupe. Nous répondons à une demande croissante de fabricants pour des produits biosourcés. Des fabricants du secteur de la nutrition humaine et animale, de la cosmétique, des arômes et parfums, de la chimie fine. Nos installations ne généreront aucuns résidus : le seul coproduit qui en sortira est un engrais sec, riche en potassium, utilisable en agriculture biologique. » 

Emplacement géographique idéal

L’usine utilise les dernières technologies en matière d’économie d’énergie et de carbone : elle consomme peu d’eau, qui est recyclée, l’empreinte carbone sera divisée par cinq par rapport à une raffinerie classique. D’après Afyren Neoxy, c’est la première usine au monde de ce type.

Le groupe prévoit d’en construire d’autres en France. Il s’est également positionné pour des infrastructures aux Etats-Unis et en Asie. Le site de Saint-Avold a été choisi, quant à lui, pour sa proximité avec les clients allemands, luxembourgeois et belges.