« La plupart des caisses ont remis l’aide au répit en route », explique Pascal Cormery, le président de la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (CCMSA). Le dispositif destiné aux agriculteurs en situation d’épuisement professionnel dépend désormais de chaque caisse et sera financé par leurs fonds propres, « sur leur budget d’action sanitaire et sociale », précise-t-il...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !