La crise ukrainienne incite le gouvernement français à soutenir davantage la filière du gaz renouvelable. Afin de favoriser l’injection de biométhane dans le réseau, le gouvernement a décidé d’alléger les coûts de raccordement des installations de méthanisation aux réseaux de gaz naturel en renforçant leur prise en charge par la collectivité.

Cela permettra de faciliter la réalisation de ces projets en ne faisant pas du coût de raccordement un aspect clé de l’équilibre économique. Dans les zones isolées, il est en effet plus rentable de valoriser le biogaz en cogénération plutôt que de financer les travaux de raccordement, estimés à 150 €/m linéaire, en moyenne.

Une prise en charge élevée

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a signé un arrêté le 2 mars 2022 relevant de 40 % à 60 % le niveau de prise en charge des coûts de raccordement aux réseaux de gaz naturel des installations de production de biométhane, dans la limite de 600 000 euros.

Au 31 décembre 2021, 365 installations injectaient du biométhane dans les réseaux de gaz naturel. Leur capacité s’élève à 6,4 TWh/an, soit une progression de 56 % par rapport à la fin de 2020.

Corinne Le Gall