L’extension de l’accord relatif au classement et au contrôle de la couleur des carcasses de veaux en abattoirs a d’abord été approuvée par l’Interprofession du bétail et des viandes (Interbev). Puis, elle a été officialisée par un arrêté publié le 2 avril 2020 au Journal officiel de la République française.

L’accord prévoit « l’obligation du classement de la couleur, dans un cadre interprofessionnel, pour tous les abattoirs qui traitent plus de 2 000 veaux par an », annonce Interbev. En remplacement des contrôles officiels assurés jusqu’alors par les pouvoirs publics, Interbev a mandaté l’Association technique interprofessionnelle du bétail et des viandes (Normabev).

Dispositif de contrôle reporté

« La mission [confiée à Normabev qui devait s’appliquer à compter du 1er avril 2020], est suspendue jusqu’à ce que le confinement soit levé, explique Jean-Yves Kerveillant, directeur de Normabev. Nous avons déployé les moyens nécessaires pour être opérationnels au 1er avril mais le contexte actuel rend le passage dans les abattoirs difficile. Nous donnons priorité aux urgences telles que le traitement des réclamations, la remontée des informations d’abattage et le traitement statistique hebdomadaire. Nous faisons également un état journalier de l’activité des abattoirs. »

À lire aussi : Carcasses des gros bovins, pour une demande de réclamation facilitée (07/01/2020)

Maintenir l’obligation

Le seuil déclenchant un contrôle obligatoire a été fixé par Interbev à 2 000 veaux abattus par an. « Néanmoins, un site abattant moins de 2 000 têtes par an peut solliciter Normabev s’il souhaite être contrôlé pour classer la couleur », complète Marianne Orlianges, animatrice de la section Veaux d’Interbev.

La fréquence de contrôle varie de deux à huit fois par an selon le nombre de veaux abattus. Le financement du contrôle est « assumé à parts égales entre les propriétaires des veaux et les abatteurs », détaille Interbev. Les montants, facturés aux abattoirs par Normabev, seront :

  • Pour la part éleveurs ou intégrateurs de 6 centimes par veau ;
  • Pour la part abatteurs de 190 € par visite de contrôle.

Le chromamètre pour classer les carcasses

Pour classer la couleur des carcasses, si le rendu de résultats est obligatoire, aucun outil ou méthode de classement n’est imposé par l’accord interprofessionnel. « Mais le dispositif de contrôle a vocation à être incitatif quant à l’utilisation du chromamètre pour classer la couleur des carcasses », décrit Interbev.

Cet outil de mesure a été testé par l’Institut de l’Élevage dans différents abattoirs français en 2017. « La capacité du chromamètre à reproduire le classement visuel en 5 classes [avec un taux de concordance de 83 %] a donné satisfaction. Le modèle a été validé par Interbev Veaux pour un déploiement industriel en abattoir. À ce jour, une dizaine d’établissements d’abattage se sont équipés de l’outil, représentant 65 % des volumes. »

L’accord interprofessionnel devrait renforcer l’usage du dispositif à l’échelle nationale. Dans le cadre du contrôle par Normabev, « neuf chromamètres seront à disposition des agents », précise Marianne Orlianges.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Moins de besoins dans les grandes surfaces

L’activité commerciale est plus calme dans le secteur de l’aval. Sur cette seconde moitié de juin, les ventes affichent un repli en grandes et moyennes surfaces. Un report se renforce sur la restauration hors foyer et vient compenser le recul de commandes à destination des magasins. Du côté des marchés, le commerce reste marqué par une offre modeste, même si les orages de ce week-end ont stoppé le ramassage de l’herbe dans de nombreuses régions.