À quelques jours de Noël, la campagne brétillienne s’est illuminée le jeudi 16 décembre 2021 dans la soirée. Rien de festif dans tout cela ! Les feux ont été allumés à la nuit tombante par les agriculteurs en colère sur 10 sites disséminés aux quatre coins du département de l’Ille-et-Vilaine. Près de trois cents éleveurs, éleveurs laitiers, producteurs de porcs ou de volailles sont venus braver le vent froid après leur travail pour réclamer une meilleure valorisation de leurs produits.

Banderoles et flyers pour sensibiliser les consommateurs

À Plélan-le-Grand, à l’ouest, ils étaient une trentaine rassemblée autour d’un grand feu de palettes pour se réchauffer non loin d’un rond-point. Des flyers ont été distribués aux automobilistes pour leur rappeler qu’une augmentation de 1 centime d’euro sur un œuf ou sur un pot de yaourt permettrait de répercuter les hausses de coût subies par les producteurs cette année (+22 %) ou encore d’augmenter le prix du lait de 9 centimes par litre.

© FDSEA Ille-et-Vilaine

Sur le site de Montevert, le long de la quatre-voies avant le péage vers Paris, au pied de la base logistique d’Intermarché, une quarantaine d’éleveurs s’est réunie vers 20 heures. Sur le pont de l’autoroute, ils ont déployé une grande banderole pour inciter les automobilistes à manger français pendant les fêtes afin de soutenir l’agriculture française.

« Nos espoirs partent en fumée »

« Ces feux sont là pour symboliser nos espoirs qui partent en fumée avec la flambée des charges et l’absence de prix justes » résume Cédric Henry, président de la FDSEA 35. « Matières premières, matériaux de construction, intrants… tout augmente sauf les prix. L’élevage est en danger », estiment les producteurs. Dans ces conditions, ils ne voient pas comment attirer des jeunes dans le métier.

L’objectif est aussi de mettre la pression sur la distribution alors que les négociations commerciales sont en cours et que les agriculteurs attendent les retours promis par la loi Egalim 2. « Où sont donc passés les discours sur la souveraineté alimentaire ? Certainement partis en fumée avec les espoirs des agriculteurs. Face à cette urgence à réagir pour sauver nos élevages, cette nuit, la campagne va brûler », avaient averti les syndicats avant de lancer cette action. Un cri d’alarme !

Isabelle Lejas