Faisant suite à la diffusion des images de la vidéo de L214, l’abattoir du Boischaut (Indre), situé à Lacs, près de La Châtre, est fermé depuis le 2 novembre, pour trois mois.

Pour les éleveurs du secteur, c’est un coup dur. Cet abattoir multi-espèces (4 000 t/an de capacité), le plus gros de la région pour l’abattage de bovins (2 500 t/an), et bénéficiant d’une certification bio, est un outil incontournable pour les circuits courts.

La centaine de clients (négociants, bouchers, éleveurs et particuliers) devra trouver d’autres abattoirs, plus éloignés.

Des charges supplémentaires

Hugues Piot, éleveur de charolaises et parthenaises à Saint-Chartier, faisait tuer une vache par mois à La Châtre. Il va essayer de se tourner vers d’autres abattoirs, comme celui de Saint-Amand-Montrond, dans le Cher.

« À la place des 10 km, je vais en avoir 50 ! Ce sont des charges de transport supplémentaires et donc moins de marge… Mais aussi un bilan carbone alourdi, du stress pour les animaux, alors qu’on nous parle de produits locaux et de bien-être animal. C’est paradoxal ! Et si Saint-Amand ne peut pas prendre en charge mes animaux, j’annule mes ventes des trois prochains mois. »

« Saint-Amand ne pourra pas tout absorber »

Le petit abattoir de Saint-Amand-Montrond, 1 500 t/an, a déjà commencé à abattre des animaux de l’Indre, depuis ce matin. Mais son directeur, Marc Floquet, prévient d’ores et déjà qu’il ne pourra pas absorber toutes les quantités.

« Nous pourrons prendre 100-150 tonnes supplémentaires, mais pas plus. Nous ciblerons en priorité les éleveurs en vente directe. » Les éleveurs peuvent s’adresser aux abattoirs de Valençay, de Mérigny, de Montluçon ou encore de Limoges.

Depuis 2014, la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère se bat pour sauver l’abattoir public. En 2016, elle a réalisé 1,6 M€ de travaux pour des mises aux normes et des agrandissements.

Éleveurs comme élus locaux sont conscients du besoin en formation du personnel de l’abattoir mais souhaitent la réouverture rapide de cet abattoir de proximité.

Aude Richard