Selon la chambre d’agriculture des Côtes-d’Armor, les dégâts de choucas pourraient atteindre un million euros, rien que sur ce département. C’est pourquoi elle sollicite le ministère de la Transition écologique et celui de l’Agriculture pour venir constater sur place les dégâts.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !