Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation est en train de mettre en place, dans le cadre du plan de relance, les « bons diagnostic carbone ». C’est ce qu’a annoncé Sébastien Bouvatier, représentant du ministère, le 11 décembre 2020 à l’occasion d’un webinaire organisé par l’Apad (1).

Il a expliqué le principe de ce dispositif, qui comporte trois étapes. Il permettra aux jeunes installés (depuis 1 à 5 ans) de :

  • Faire un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre ;
  • Bénéficier d’un plan d’action pour savoir quels leviers pourraient être mobilisés pour améliorer sa performance de l’exploitation ;
  • Bénéficier d’un accompagnement pour pouvoir mettre en œuvre le plan d’action.

Objectif 5 000 diagnostics

« Ce dispositif est en train d’être finalisé, a précisé Sébastien Bouvatier. Le démarrage effectif se fera au 1er mars 2021 ». Le ministère s’est fixé un objectif : réaliser 5 000 diagnostics carbone via ce projet, qui fonctionnera en 2021 et 2022, et qui bénéficiera d’un budget de 10 millions d’euros.

Le ministère doit, pour l’heure, identifier les structures qui pourront réaliser les diagnostics. L’appel à projets a été lancé le 15 décembre 2020, et se clôturera le 29 janvier 2021 à 16H.

« On s’est aussi soucié de la valorisation des engagements, et on a donc articulé le dispositif avec le Label bas carbone », a-t-il déclaré. La méthode affectée aux grandes cultures devrait être validée au début de 2021. « À mon sens, même si elle reste relativement généraliste dans sa conception, elle permet déjà d’activer un certain nombre de leviers pour l’agriculture de conservation des sols (ACS) ». L’écriture d’une méthode spécifique à l’ACS pourrait se poser, pour « aller un peu plus loin et optimiser la reconnaissance », estime le représentant du ministère de l’Agriculture.

« Les jeunes agriculteurs intéressés par ces bons diagnostic carbone pourront ensuite rejoindre un appel à projets lancé par France Carbon Agri Association (FCAA) pour valoriser leurs efforts sous forme de crédits carbone », précise Marie-Thérèse Bonneau, présidente de FCAA.

À lire aussi : Rémunération, 391 éleveurs de bovins se lancent sur le marché du carbone (06/03/2020)

Hélène Parisot

(1) Association pour la promotion d’une agriculture durable.