Les semis de maïs sont en cours dans le Finistère, il n’y a donc pas encore de dégâts visibles pour l’instant. Et pourtant, les choucas sont déjà là. « La semaine dernière, j’ai refait une pâture en finissant le travail avec le rouleau. Ils ont retourné toutes les mottes de terre pour attraper des graines et des vers », raconte Arnaud Porhel, agriculteur à Plounevez-Lochrist.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !