« Ce mois de juillet 2020 a été exceptionnel par sa quasi-absence de précipitations. Elles n’ont représenté que 19 % de la normale saisonnière [1981-2010, NDLR] », indique le ministère de l’Agriculture dans une note publiée le 7 août 2020 par Agreste, son service statistique. Il souligne qu’il s’agirait, selon Météo-France, du mois de juillet le plus sec depuis 1959.

Toutes les régions concernées

Le déficit de précipitations n’a épargné aucune région. © Météo-France

Si le déficit le plus important a été enregistré dans le Sud-Ouest (8 % des précipitations normales avec 4 mm), il n’a épargné aucune région. Ainsi, l’Ouest a reçu 11 mm en moyenne (21 % de la normale), le Nord 16 mm (26 %), le Nord-Est 14 mm (18 %), le Centre-Est 14 mm (23 %), le Sud-Est 3 mm (14 %), et la Corse 2 mm (26 %).

« Les précipitations cumulées depuis le 1er mars 2020 sont nettement déficitaires dans le Nord, le Nord-Est et le Centre-Est », précise le ministère. Seul le Sud-Est demeure en excédent. Depuis cette date, la France a reçu 15 % de précipitations de moins que la moyenne.

> À lire aussi : Sécheresse, coup de chaud sur les prairies (03/08/2020)

Des sols secs

L’indice de l’humidité des sols est déficitaire sur la majorité du territoire, au premier août. © Météo-France

Au premier août, l’indice d’humidité des sols est déficitaire sur la majorité du territoire, « à l’exception de la Bretagne et de quelques zones éparses autour du littoral méditerranéen ».

Pour ce qui est de la température, la moyenne française de juillet s’établit à 21,8 °C, soit 0,8 °C au-dessus de la normale. « Les 2 premières décades, plutôt fraîches, ont été suivies d’une fin de mois au-dessus des normes (+ 2,5 °C pour la troisième décade) », note le ministère.

> Retrouvez votre météo personnalisée sur LaFranceAgricole.fr

Hélène Parisot