«Sur dix frites produites, sept à huit sont habituellement destinées à la restauration hors foyer en France », rappelle Loïc Le Meur, de l’UNPT (1). La fermeture de ce débouché a touché le marché de la pomme de terre d’industrie et des frites surgelées notamment, ainsi que le marché du frais dans une moindre mesure. « Il y a aussi eu un impact positif sur la consommation des ménages...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !