À l'occasion du sommet de la Cop 27, qui se tient du 6 au 18 novembre 2022 à Charm el-Cheikh en Egypte, tous les chefs d'État se sont exprimés sur leurs engagements en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Lors de son allocution, le 7 novembre, le président français Emmanuel Macron a déclaré que cette Cop serait celle de la "justice climatique" et de "la mise en œuvre".

Maintien des engagements

"Nous ne sacrifierons pas nos engagements climatiques sous la menace énergétique de la Russie", a-t-il poursuivi, rappelant l'objectif de réduire de 55 % nos émissions de gaz à effet de serre à l'horizon de 2030. Emmanuel Macron a également insisté sur le développement des énergies renouvelables, l'accélération sur le nucléaire et la politique de sobriété énergétique. "C'est une stratégie complète, des engagements et un changement de nos moyens de nous déplacer et produire."

Le chef de l'État a également indiqué son ambition de sortir des énergies issues du charbon. La France investira 1 milliard d'euros en Afrique du Sud pour accompagner le pays à sortir de cette énergie et développer les énergies renouvelables et nucléaire.

Financer la préservation

"Les pays qui ont des réserves de biodiversité, marines ou terrestres, ont des puits de carbone inestimables", a souligné le chef de l'État français. Il nous fait les aider à le préserver." Pour cela, Emmanuel Macron demande la reconnaissance d'un statut particulier à ces écosystèmes (mangroves, tourbières, forêts...) et propose aux États qui les abritent des contrats politiques et financiers pour aider à leur protection. La France a également rappelé soutenir l'interdiction de toute exploitation des grands fonds marins.

Enfin, le président de la République a appelé à la création d'un groupe de Sages de haut niveau pour rapidement faire des recommandations sur les financements innovants pour le climat. "Au printemps prochain, nous aurons demandé au Fonds monétaire international (FMI), à la Banque mondiale et à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de nous proposer des solutions concrètes pour activer ces mécanismes financiers innovants." Emmanuel Macron suggère notamment que les règles bancaires soient suspendues lorsqu'un pays est frappé par un choc climatique.