Pour la météo, Christophe Léger, éleveur laitier haut-savoyard et président du Suaci Montagn’Alpes*, est catégorique : « L’été 2022 a été de loin le pire, et je pense qu’on n’a encore rien vu. » Même si, en Savoie, des orages ont fait reverdir l’herbe en octobre, la sécheresse et les restrictions d’eau ont pourri l’été des éleveurs, obligeant à des descentes d’alpage précoces et des achats de foin.

« En montagne, le changement climatique est violent : l’eau tombe, mais pas au bon moment », abonde Pierre-Henry Pagnier, éleveur laitier dans le Jura. Afin de caractériser ces bouleversements et d’aider les systèmes agropastoraux à s’y adapter, le Suaci a coordonné le projet inter-massifs Climpasto. Deux années de travail se sont clôturées par un séminaire à Chambéry (Savoie), les 11 et 12 octobre 2022.

Stratégies fourragères

Un objectif était de traduire le changement climatique en chiffres, via des indicateurs :

  • Jours de stress hydrique (en hausse)
  • Jours de gel (en baisse)
  • Date de déneigement en alpage (plus précoce) etc.

L’autre était de partager le vécu des éleveurs. Quarante-neuf enquêtes ont été menées auprès d’éleveurs et groupements pastoraux dans quatre massifs (Alpes, Pyrénées, massif central, Jura). Ceux-ci ont décrit la baisse quantitative et qualitative de la ressource en eau et en herbe, les moindres performances de leurs bêtes (production et fertilité), des problèmes sanitaires, la restriction des fenêtres de fauche.

Ils s’adaptent en décalant les vêlages pour avoir moins de besoins alimentaires en été, ventilent les bâtiments, sortent les bêtes la nuit plutôt que le jour… Du côté des fourrages, leurs stratégies sont multiples : maximisation du pâturage grâce au pâturage tournant ou à l’exploitation de surfaces complémentaires (ex. sous-bois, tourbières), consommation de ligneux, essais de nouvelles cultures (teff, sorgho…) ou encore agroforesterie.

Le changement climatique sonne-t-il le glas de la course à la productivité ? Pour la montagne, Christophe Léger en est convaincu : « La météo imprévisible oblige à ramener de la souplesse dans nos systèmes. On ne doit plus chercher l’intensification, mais la cohérence. Je ne suis pas un militant décroissant. Mais soit on s’adapte, soit on disparaît ! »

* Organisme rassemblant les chambres d’agriculture de Savoie Mont Blanc, Isère, et Drôme.