Chose promise chose due. Comme annoncé lors de la présentation du plan de résilience, le gouvernement appelle les maillons de la chaîne agroalimentaire à rouvrir les négociations commerciales pour ajuster les prix des contrats entre industriels et distributeurs.

Un nouveau comité des relations commerciales « un peu exceptionnel » s’est réuni ce 18 mars 2022. La crise liée à la guerre en Ukraine entraîne des impacts très importants en termes de prix. Il est nécessaire de faire passer des hausses et de répercuter l’impact de la crise sur les maillons agricoles et industriels sur la chaîne de valeur, explique le ministère de l’Agriculture.

Se remettre autour de la table

Deux semaines après la clôture de la période des négociations commerciales, le gouvernement demande à tous les acteurs de la chaîne agroalimentaire d’activer les clauses de renégociations des prix prévues dans les contrats. Producteurs et industriels sont invités à se remettre autour de la table. « Dans tous les contrats, il y a des clauses de renégociation que la loi Egalim 2 a étendu à l’énergie, au transport et à l’emballage », explique le ministère de l’Agriculture.

Des circonstances exceptionnelles

Le ministère de l’Economie dit vouloir « faire passer un message simple : chacun doit faire ses meilleurs efforts que pour dans les circonstances exceptionnelles que l’on vit, les hausses de charges soient prises en compte, dans l’objectif de préserver chaque maillon de la chaîne ». Le gouvernement demande donc aux distributeurs « d’être ouverts au dialogue » même si les conditions de renégociation prévues dans le contrat ne sont pas remplies et aux industriels de s’engager « en totale transparence » pour justifier tous les impacts de la guerre sur leur activité.

« Il ne faut pas se cacher derrière le juridique, un effort de solidarité est nécessaire et indispensable », martèle le cabinet de Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture, et de poursuivre « il n’est pas question de pinailler mais de se remettre autour de la table ».

Grandes marques et marques de distributeurs

Les deux ministères appellent également à un moratoire sur les pénalités logistiques et ils précisent que la réouverture des négociations concerne aussi bien les produits de grandes marques que les marques de distributeur (MDD). « On observe déjà des renégociations sur les MDD, en particulier sur la volaille », précise le cabinet du ministère de l’Économie.

Jusqu’à nouvel ordre, une réunion avec tous les maillons de la chaîne agroalimentaire est prévue tous les jeudis.

> À lire aussi : Egalim 2 : Les agriculteurs déçus des négociations commerciales (10/03/2022)

Marie Salset