La machine est lancée. En début d’année, le premier appel à projets de l’association France Carbon Agri (FCAA) avait réuni 391 éleveurs de bovins (lait et viande) aspirant à valoriser leurs contributions environnementales sous forme de crédits carbone. Aujourd’hui, le premier financeur entre dans la danse. « Avant nous étions dans la promesse de dons, désormais nous sommes dans le concret », répond Marie-Thérèse Bonneau, présidente de l’association, contactée par La France Agricole.

À lire aussi : Rémunération, 391 éleveurs de bovins se lancent sur le marché du carbone (06/03/2020)

Une première marche

Le 20 mai, FCAA a ainsi annoncé la signature de son premier contrat de vente avec la Caisse des dépôts et consignations, pour un prix de 30 € la tonne de CO2 évitée. « Ceci est de bon augure pour la suite, souligne la présidente de FCAA. Il s’agit d’une première marche pour reconnaître et dynamiser l’implication des agriculteurs pour une économie circulaire. »

De nouvelles entreprises devraient signer un contrat similaire d’ici au mois de juin (autour de 30-35 € par tonne). « La rémunération des 391 éleveurs déjà engagés dans la démarche devrait être garantie », avance Marie-Thérèse Bonneau, rassurée.

Le second appel à projets de l’association, repoussé à l’automne en raison de la crise sanitaire du coronavirus, attirerait déjà certains mécènes. Cette fois-ci, la présidente espère que les éleveurs ovins pourront s’associer au programme. « L’objectif final est d’ouvrir le marché du carbone à l’ensemble des agriculteurs, élevage ou non », insiste-t-elle.

A. Courty