Marine Le Pen ne mâche pas ses mots sur le modèle agricole actuel : exigences environnementales déconnectées des réalités, concurrence déloyale, lourdeurs bureaucratiques, exportations en berne… Seule la réforme de la Pac pour 2023 est épargnée, laquelle marque, selon elle, une reprise en main par chaque État membre de son agriculture.

Fixer des prix minimums

Pour reconquérir la souveraineté alimentaire du pays, Marine Le Pen avance une vingtaine de propositions. Elle estime que les producteurs doivent déjà retrouver du revenu. Elle propose de modifier la loi Egalim avec une fixation par l’État de prix minimums aux agriculteurs. Pour elle, ce sont des prix rémunérateurs et une vraie politique d’encouragement à l’installation qui permettront d’enrayer le déclin des actifs agricoles.

Des aides nationales supplémentaires seront versées aux filières en difficulté (élevage, protéines végétales, maraîchage et arboriculture). L’agriculture biologique bénéficiera d’un plan de soutien sur cinq ans. Elle veut également revoir l’assurance récolte, qui vient d’être réformée, qu’elle estime encore trop peu accessible aux agriculteurs.

Alors que le conflit russo-ukrainien requestionne la production alimentaire, la candidate « s’oppose résolument » à la stratégie « folle » « De la ferme à la fourchette », qui réduirait de 20 % la production alimentaire en Europe, estime la candidate du RN, en se disant favorable à la culture des jachères. Elle propose aussi que les phytos ne soient interdits que s’il existe une alternative, et que les ZNT soient indemnisées totalement.

80 % de produits français dans les cantines

La lutte contre la concurrence déloyale est son autre cheval de bataille. Marine Le Pen veut exclure l’agriculture des traités de libre-échange et intégrer des « clauses miroirs » pour les importations. Les fraudes aux importations seront traquées et l’affichage de l’origine des produits distribués en France sera obligatoire.

Enfin, dans les cantines, la priorité sera donnée aux produits français qui devront représenter 80 % des achats (100 % en 2027). L’aide alimentaire aux plus démunis sera augmentée.

Pour l’abattage rituel, Marine Le Pen veut généraliser l’obligation de l’étourdissement.

En faveur des réserves d’eau

Sur le sujet sensible de l’eau, la candidate est en faveur de la création de réserves et de systèmes d’irrigation.

Pour préserver le foncier agricole, elle veut mettre fin aux projets éoliens et solaires au sol en métropole et limiter au maximum l’artificialisation des terres.

Sophie Bergot
Le Pen par marie-astrid