« Aujourd’hui en France, il est interdit de récolter les fleurs de chanvre, détaille Nathalie Fichaux, directrice d’Interchanvre. L’État français réfléchit à faire évoluer cette réglementation, mais rien ne sortira avant l’été. » Actuellement, seule la récolte de graines et de paille n’est autorisée, selon un arrêté datant de 1990.

Le 19 novembre 2020, un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne concluait qu’une « mesure nationale qui interdit la commercialisation du CBD issue de la plante entière constitue une entrave à la libre circulation ». « Mais qui dit commercialisation, ne dit pas encore production en France », alerte Nathalie Fichaux.

> À lire aussi : Une première autorisation pour le cannabis thérapeutique (21/10/2020)

Formations « onéreuses »

La directrice d’Interchanvre s’inquiète de ce qui se passe sur le terrain, regrettant que « des acteurs proposent des « formations » pour accompagner les agriculteurs à produire. Sauf que ça coûte très cher aux agriculteurs (500 € par mois + 10 % de la production) et qu’on ne sait pas encore ce qui sera autorisé par la loi ».

Autrement dit, est-ce que ce sera en plein champ, quelles seront les variétés autorisées, etc. ? « Nous avons beaucoup d’appels d’agriculteurs qui demandent s’ils peuvent se lancer dans cette production (récolte des inflorescences, NDLR) », précise Nathalie Fichaux, qui incite les producteurs français de chanvre à ne pas investir tout de suite.

Isabelle Escoffier