Les mois passent et la hausse du prix d’achat des intrants s’amplifie. En mars 2022, le prix des intrants accélère sa course avec une hausse de 28,5 % sur un an, après 20,7 % en février et 20,9 % en janvier.

Les prix des engrais et de l’énergie sont ceux qui accusent la plus forte augmentation sur un an, avec respectivement +100,1 % et +68,0 %, rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans une note publiée le 18 mai 2022.

Selon Agreste, « le prix des intrants progresse nettement en mars 2022 pour toutes les exploitations agricoles, de 18,4 % en cultures permanentes à 36,3 % pour les exploitations de grandes cultures ».

Le prix des engrais double en un an

« Après avoir baissé entre février 2019 et septembre 2020, le prix des engrais et des amendements s’est fortement redressé ensuite : en mars 2022, il atteint un niveau record, en doublant par rapport à mars 2021 (et en hausse de 13,5 % par rapport au mois précédent) », constate Agreste.

Cela s’explique par la poursuite des tensions sur le marché mondial, influencées par la guerre en Ukraine et des disponibilités limitées chez les principaux exportateurs du fait de la hausse du gaz et des coûts du fret.

Avec la très forte augmentation des prix de tous les engrais sur un an, les livraisons d’engrais azotés sont en très forte baisse sur un an (–44,7 %), tout comme ceux des engrais phosphatés (–43,3 %) et potassiques (–61,8 %).

Dans le détail, les prix des engrais azotés simples bondissent de 143,6 % sur un an. De leurs côtés, les prix des engrais phosphatés et potassiques grimpent également sur un an : +75,0 % pour les engrais simples phosphatés et +85,3 % pour les engrais simples potassiques.

Très forte hausse également pour l’énergie

Le prix de l’énergie et des lubrifiants est en très forte hausse, de 27,2 % sur un mois et de 68,0 % par rapport à mars 2021. Cette hausse s’inscrit « dans un contexte de reprise économique mondiale et de craintes sur les disponibilités faisant suite au conflit russo-ukrainien », précise Agreste.

En janvier 2022, le cours du baril de pétrole brut de la mer du Nord atteint les 117 $, soit une hausse de 78,9 % en un an. Le prix du gazole non routier, qui représente un peu plus de la moitié du poste « énergie et lubrifiants » de l’Ipampa (1), augmente quant à lui très fortement sur un mois et fait plus que doubler sur un an (+115,1 %).

Les prix de l’alimentation animale en hausse

En mars 2022, le prix des aliments pour animaux grimpe de 3,8 % par rapport à février 2022 et reste nettement supérieur à celui de mars 2021 (+17,7), « en lien avec la hausse du prix des céréales et des oléagineux », détaille Agreste.

Dans le détail, le prix des aliments porcins progresse de 19,2 % sur un an, celui des aliments pour volailles de 15,2 % et celui des aliments pour vaches laitières de 17,2 %.

« En mars 2022, la production d’aliments composés pour animaux de ferme diminue de 1,1 % sur un an », indique Agreste.

Laurine Mongenier

(1) Indice des prix d’achat des moyens de production agricole.