Plusieurs milliers de personnes venues de toute la France sont attendues ce week-end à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pour réclamer l'abandon du projet contesté d'aéroport, destiné à remplacer celui de Nantes Atlantique. Les opposants à la « ferme des 1.000 vaches » seront les invités d'honneur de ce rassemblement contre les « projets inutiles ».

La manifestation, avec débats, concerts, discours politiques et lâcher de centaines de ballons, lampions et cerfs-volants dans le ciel, est intitulée, « Notre-Dame-des-Landes : l'abandon, c'est maintenant ! », alors que la construction de l'aéroport, qui aurait dû être inauguré en 2017, est en standby.

Le nouveau rassemblement doit aussi permettre d'aborder « les autres projets inutiles, qu'ils soient petits, moyens ou grands », a précisé à l'AFP mercredi Dominique Fresneau, porte-parole de l'Acipa, principale association d'opposants. La lutte contre la « ferme-usine des mille vaches » dans la Somme en est l'invitée d'honneur.

Le gouvernement a annoncé, par la voix de Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, le 28 février dernier, que les travaux attendraient la fin des recours juridiques engagés pour démarrer.

« Il est temps pour un homme ou une femme politique d'avoir le courage d'arrêter ce projet : il ne se fera pas, mais il ne faut pas qu'il traîne encore pendant des années avant une décision définitive », a déclaré Dominique Fresneau.

Selon le calendrier initial, les travaux du tarmac de l'aéroport, dont la concession a été attribuée au groupe Vinci, auraient dû démarrer au printemps 2014. Mais l'expulsion avortée des opposants à l'automne 2012, renforcée par une intense contestation juridique de chacune des avancées du projet, ont gelé toute avancée.

Dernier épisode marquant de cette contestation, la manifestation du 22 février 2014 qui a rassemblé entre 20.000 et 50.000 personnes (selon les chiffres de la police et des organisateurs) opposées au projet dans les rues de Nantes. Cette manifestation avait été émaillée d'intenses affrontements des militants anticapitalistes radicaux avec les forces de l'ordre. Bilan : plusieurs dizaines de blessés du côté des forces de l'ordre et du côté des manifestants, dont trois ont perdu l'usage d'un oeil, et un million d'euros de dégâts.

En 2013, au plus fort du traditionnel rassemblement d'été des opposants à l'aéroport qui avait eu lieu les 3 et 4 août, entre 9.000 et 25.000 personnes avaient assisté à l'événement, selon les chiffres respectifs des organisateurs et de la préfecture de la Loire-Atlantique.