La société angevine Mesures Contrôles Automatiques Industriels, ou MCAI, porte le programme Octopus Robots. C’est une gamme de robots mobiles, autonomes et intelligents, destinés, entre autres, à décontaminer les élevages avicoles. Octopus Poultry Safe assure la surveillance des poulaillers et il est capable de brasser et désinfecter les litières. Avec ce robot, les concepteurs entendent répondre en priorité à l’explosion au sein des exploitations avicoles des risques liés aux infections et à la problématique de l’antibiorésistance.

Une gamme de cinq robots

Le robot transporte et atomise une solution liquide (biocide, produit phytosanitaire) sous forme de brouillard sec. Il est mobile et peut être piloté à distance. Il intègre de nombreux capteurs lui permettant d’assurer la surveillance quotidienne des bâtiments par la cartographie de divers paramètres, parmi lesquels la température, l’hygrométrie ou encore la luminosité.

Enfin, il dispose d’une base de recharge automatique en énergie et en biocides. Le prototype Octopus Poultry Safe est testé au sein de différents bâtiments d’élevage, parmi lesquels ceux de deux grands groupes français. Un autre robot, l’Octopus Poultry Cleaner, est, lui, destiné à l’évacuation des poulets morts.

Objectifs internationaux

Octopus Robots, projet de robotique pour la décontamination de sites avicoles et industriels, va bénéficier d’une levée de fonds de 1,5 M€, effectuée auprès de plusieurs investisseurs institutionnels européens. En parallèle se déroule une campagne de financement participatif avec la plateforme SmartAngels.fr, réservée aux résidents fiscaux en France, jusqu’au 11 avril 2017.

Les fonds levés permettront de développer l’outil de production. Si l’on croit les informations du site Next-finance.net, MCAI souhaite livrer 50 robots cette année. Les prévisions portent sur 600 unités en 2019 et trois fois plus en 2021. En complément du marché français, plusieurs pays pourraient se positionner sur la solution Octopus tels le Brésil, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et le Canada. Les perspectives de développement pourraient donc plutôt se situer à l’international. La société anticipe un chiffre d’affaires de 8 M€ en 2018.

Vincent Gobert