« Ce spécialiste de la finance internationale ne semble pas avoir conscience du colossal et périlleux déficit de l’Europe en protéines végétales », indique le syndicat dans un communiqué.

Afin de désamorcer la crise née des tarifs douaniers imposés par les États-Unis, Donald Trump et le chef de l’exécutif européen Jean-Claude Juncker ont annoncé mercredi une série de décisions vers davantage de libre-échange, dont l’achat de soja américain par l’UE.

La Coordination rurale rappelle que l’Union européenne est obligée d’importer « 78,6 % du soja qu’elle consomme ». « Or au lieu de réduire, comme le bon sens le voudrait, ce déficit et d’envisager un plan protéines pour l’Europe afin de rééquilibrer les productions et sécuriser son alimentation, Jean-Claude Juncker semble fier d’annoncer des décisions unilatérales aggravant la situation car important toujours plus de soja des États-Unis qui sera évidemment OGM », explique la CR.

« Le soja américain est produit à base de variétés qui subissent plusieurs pulvérisations de glyphosate en végétation, il contient un taux important de résidus de cet herbicide », explique Nicolas Jaquet, président de l’Organisation des producteurs de grains (OPG, branche de la CR), cité dans le communiqué.