Dans un communiqué de presse du jeudi 2 novembre 2017, le secrétaire général du Copa et de la Cogeca, Pekka Pesonen, déplore « fortement les derniers développements. Le glyphosate a reçu un avis positif tant de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) que de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa). Sa pleine ré-autorisation pour 15 ans ne devrait pas soulever de questions. Ni les émotions, ni la politique ne devraient régir des décisions aussi importantes. Si ce produit n’est pas pleinement réautorisé, toute la crédibilité des institutions européennes et de leurs décideurs politiques sera sapée. »

« De nombreux bénéfices environnementaux »

L’organisation estime que cette substance permet de « garantir la conservation et la fertilité des sols. L’utilisation du glyphosate apporte de nombreux bénéfices environnementaux étant donné que les agriculteurs n’ont pas besoin de labourer les sols. Cela permet ainsi de réduire l’érosion, de maintenir la fertilité des sols ainsi que leur teneur en matière organique et de diminuer les gaz à effet de serre. Il est absurde que la ré-autorisation de cette substance active, l’herbicide le plus utilisé au monde, dépende de réactions épidermiques et de la politique. Sans ce produit, les agriculteurs européens seront clairement désavantagés par rapport à leurs concurrents et l’approvisionnement en denrées alimentaires sûres, abordables et de qualité sera menacé. »

F.M.