Le groupe américain DuPont a annoncé le vendredi 31 mars 2017 qu’il cédait une partie de sa division de produits phytosanitaires à FMC, un autre groupe américain. Et qu’il allait acquérir auprès du même groupe sa division de santé dans une opération visant à faciliter sa fusion avec Dow.

DuPont a également indiqué qu’il repoussait la date prévue de la finalisation de sa fusion avec Dow entre les 1er août et 1er septembre. L’Union européenne avait donné la semaine dernière son accord à cette fusion qui doit toutefois encore recevoir l’aval des autorités américaines et chinoises.

Une cession à 1,4 milliard de dollars

Les activités cédées par DuPont représentent environ 1,4 milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel et celles qu’il reprend à FMC quelque 700 millions de dollars. « Cette opération répond aux engagements pris par DuPont à l’égard de l’Union européenne dans le cadre de l’accord conditionnel qu’elle a donné à la fusion avec Dow », indique DuPont dans un communiqué.

La Commission européenne avait ouvert l’an dernier une enquête approfondie sur la fusion de Dow et DuPont, craignant que l’opération ne réduise la concurrence sur « plusieurs marchés de pesticides » et ne provoque un recul de l’innovation dans la protection des cultures dans son ensemble. Mais « les engagements offerts » par les deux groupes, à savoir les cessions de DuPont dans les phytos, « dissipent totalement ces craintes », avait estimé le 27 mars l’exécutif européen.

La Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, en visite le 31 mars à Washington, a souligné que la Commission européenne étudierait cette transaction entre DuPont et FMC à la lumière de ces trois critères habituels, à savoir que l’acheteur offre suffisamment d’indépendance vis-à-vis du vendeur, qu’il puisse assurer le développement des entités acquises et que l’opération ne donne pas lieu à de nouvelles interrogations en matière de concurrence.

Le numéro deux mondial des semences

Annoncée en décembre 2015, la fusion de Dow Chemical et DuPont permettrait au groupe de devenir le numéro deux mondial des semences et le numéro trois des produits phytosanitaires. Baptisée DowDuPont, l’entreprise serait dans un deuxième temps scindée en trois sociétés cotées indépendantes : l’une centrée sur l’agriculture, une deuxième sur la science des matériaux et la dernière sur la chimie de spécialité.

Dans un communiqué séparé, DuPont et Dow ont précisé vendredi que ces scissions (spin-off) interviendraient dans les 18 mois suivant la finalisation de leur fusion et que la première division qui prendrait son indépendance serait celle de la science des matériaux (material science). Les deux groupes s’attendent toujours à dégager de leur fusion des synergies de l’ordre de 3 milliards de dollars et des opportunités de croissance de l’ordre d’un milliard de dollars.

Avec l’AFP